Communiqué de presse de France Jamet

Présidente du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

Lors de son déplacement à Toulouse, le chef de l’Etat a annoncé la création de 50 000 places d’hébergement pour les défavorisés en lieu et place des nuits d’hôtels jugées trop couteuses.

Cette énième mesure concernant le logement d’urgence est un emplâtre sur une jambe de bois. En effet, la non-expulsion de 96% de déboutés du droit d’asile et de milliers de clandestins est à l’origine de la saturation des centres d’hébergement et de la réservation de nuitées d’hôtels aux frais du contribuable. De plus, les migrants bénéficient de l’appui d’associations immigrationnistes au détriment des sans-abris contraints de rester dans la rue. La création de 50 000 places ne profitera donc pas à nos compatriotes les plus défavorisés mais aux clandestins et à leurs familles en attente de régularisation.

Les élus Front National dénoncent l’hypocrisie des pouvoirs publics, de gauche comme de droite, qui ont préféré mobiliser des moyens pour les clandestins (CADA, HUDA, CAO, hôtels…) au lieu d’expulser ces migrants économiques violant le droit d’asile et saturant l’hébergement d’urgence. Seule la priorité nationale dans l’accès aux logements sociaux mettra fin à cette injustice et permettra aux Français démunis de bénéficier d’un hébergement décent.