Communiqué de presse de France Jamet,

1ère Vice-Présidente du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

Madame DELGA, comme à son habitude, a profité des cérémonies des vœux pour mener une énième action de communication. Elle déclare ainsi ne pas accepter « de voir les inégalités s’accroître et le populisme s’installer durablement en Occitanie », visant à demi-mot la progression du Front National dans notre région.

Si l’on peut se féliciter qu’elle admette enfin que le Front National, seule force d’opposition au Conseil régional, est une force politique majeure en Occitanie, on ne peut que déplorer une fois de plus la démagogie insipide de Madame DELGA.

 

Qui d’autre qu’elle et ses prédécesseurs socialistes ont provoqué les inégalités entre les territoires en portant le maximum de son action sur le Midi-Pyrénées au détriment du Languedoc Roussillon ? En termes de tourisme, de développement agricole, de transport, nous n’avons cessé de dénoncer le traitement de faveur accordée à l’ancienne région de Madame la présidente. Inégalités également entre les citoyens français et les nouveaux arrivants. Quand dans le budget 2018, les fonds alloués à l’accueil des migrants ne cessent de se multiplier, ce sont aux travailleurs et automobilistes français que l’on demande de faire des efforts en augmentant considérablement la taxe sur la carte grise.

 

Tout cela pour des résultats catastrophiques avec un chômage qui ne cesse d’augmenter (+2.9% sur les 12 derniers mois) malgré les mensonges de Madame DELGA à ce sujet. Un endettement qui atteint des niveaux historiques, et une région au bord de l’étouffement financier. Quant à la LGV, nous nous dirigeons de plus en plus vers une fin de non-recevoir de la part de l’État. Enfin, pour l’alimentation, grande cause régionale, nous attendons toujours des mesures fortes contre le CETA, qui menace dangereusement nos filières agricoles et notre alimentation.

 

Ce que Madame DELGA appelle du populisme, ce n’est que le triste constat d’une réalité qu’elle a provoqué. Ce n’est que la parole juste et sincère d’élus de terrain qui ne supportent plus de voir leurs concitoyens souffrir des arrangements d’une classe politique aux affaires depuis toujours. Nous, madame DELGA, nous ne menons pas une politique populiste, mais une politique populaire.

 

Ne lui en déplaise, le Front National s’installe, progresse et s’implante sur le territoire et continuera à dénoncer les abus et les déviances d’une politique socialo-communiste généreuse avec les autres, contraignante avec les nôtres.