Communiqué de presse de Jean-Luc Yelma

Conseiller régional FN-RBM

 

 

Le rapport Spinetta, consacré à l’avenir du transport ferroviaire français, suggère de faire un audit de la ligne TER Auch-Toulouse dont l’intérêt socio-économique est pourtant avéré.
Derrière cette préconisation, l’Etat exprime sa volonté de fermer une ligne essentielle
au désenclavement de notre département. Les élus du groupe FN-RBM tiennent à s’associer
à la mobilisation des élus du Gers pour la sauvegarde de cette ligne.

 

En effet, parent pauvre du transport régional, Auch est une des deux seules préfectures de l’ex Midi-Pyrénées à ne pas être reliée à Toulouse par autoroute. La route nationale deux fois deux voies n’a, quant à elle, toujours pas vu le jour. Rappelons également que notre département est dépourvu d’un aéroport secondaire alors que, par exemple, l’Aveyron en compte deux.
La fermeture de la ligne Auch-Toulouse marginaliserait d’autant plus notre territoire et saturerait un réseau routier devenu archaïque. Auch doit bénéficier, au même titre que les autres
chefs-lieux départementaux voisins, de l’attractivité de la métropole toulousaine. Dans le cas contraire, nos familles travaillant dans l’aire urbaine de la Ville Rose et nos enfants étudiant dans les universités toulousaines seraient lourdement pénalisés !

 

Les politiciens parisiens nous bercent de mots comme « égalité des territoires » mais aggravent nos maux en utilisant notre territoire comme variable d’ajustement !

 

La Région, aux côtés de l’Etat, des collectivités locales et de « SNCF réseaux », doit s’engager
à rénover la ligne ferroviaire desservant Auch afin de répondre aux enjeux démographiques
d’une ruralité abandonnée et d’une métropole toulousaine saturée. Le Conseil régional doit voter un moratoire interdisant le déferrement des lignes secondaires menacées en Occitanie
et engager, si nécessaire, un bras de fer avec l’Etat et la SNCF pour qu’ils respectent, enfin,
leurs engagements et leurs compétences.