Communiqué de presse de Christophe Barthes – Conseiller régional et Conseiller municipal de Trèbes – et des élus du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

Les deux attaques terroristes qui ont eu lieu dans l’Aude, d’abord à Carcassonne puis à Trèbes, plongent notre groupe dans une profonde tristesse et une révolte tout aussi grande.

Depuis l’attaque terroriste contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo en 2015, les postures politiques, les bougies, les marches blanches apparaissent des armes bien pâles face à l’islamisme qui ne s’embarrasse pas de forme et ne se trompe pas de buts : imposer une idéologie, mettre à mal l’Occident, nos valeurs et notre civilisation.

Pendant que l’on se questionne sur l’éventualité des retours des djihadistes français partis en Syrie, la France compte à nouveau ses morts. Nos responsables politiques sous la mandature du président Emmanuel Macron comme sous celle de Monsieur Hollande, n’ont pas pris la mesure des enjeux et des risques pour préserver « le vivre ensemble ».

Ce « vivre ensemble », c’est celui du refus :
– de fermer les mosquées islamistes répertoriées par le ministère de l’Intérieur,
– d’arrêter les financements étrangers des mosquées,
– d’exclure les imams étrangers,
– d’imposer le prêche en langue française,
– de reconnaitre les erreurs dans notre politique arabe, notamment en Syrie,
– de ne pas voir qui est l’ennemi prioritaire,
– de condamner la Turquie dans sa politique d’élimination des Kurdes de Syrie qui ont vaillamment combattu l’Etat islamique.

En région, lorsque nous soulevons les carences de la politique régionale pour prendre en compte les dérives islamistes dans divers plans d’action, notamment le « Plan Régional Egalité Femme-Homme », Carole Delga nous sert son verbiage habituel de la non-stigmatisation. Ne pas qualifier l’adversaire, c’est déjà perdre la guerre.

Les élus du groupe FN RBM présentent aux familles des victimes leurs sincères condoléances et réaffirment d’être toujours et encore aux avant-postes dans ce combat.