Attentats en Espagne : la liste s’allonge mais l’inaction demeure

Communiqué de presse de France Jamet

Présidente du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

Suite au double attentat islamiste, France Jamet et les élus du groupe FN-RBM au Conseil régional d’Occitanie expriment toute leur solidarité au peuple espagnol et à la région de Catalogne avec qui nous avons des liens historiques et culturels très forts. Nos pensées vont également à nos compatriotes blessés dont une dizaine se trouve dans un état grave.

L’immigration massive et le renoncement à toute politique d’assimilation ont contribué à l’implantation  de foyers islamistes voulant éradiquer nos enfants, nos familles, notre mode de vie, notre identité. Notre inquiétude est d’autant plus grande que la Région Occitanie, avec des départements tels que la Haute-Garonne, l’Hérault et le Gard, est devenue une terre de radicalisation islamiste enregistrant de tristes records en 2016.

Paris, Nice, Manchester, Londres, Bruxelles, Stockholm, Berlin, Hambourg, Barcelone…La liste des villes endeuillées  ne cesse de s’allonger tandis que les dirigeants européens persistent dans leur logique immigrationniste et leur mythe sans-frontiériste. Il est grand temps que les pouvoirs publics sortent de leur hypocrisie en osant enfin nommer le mal islamiste et passent de la compassion médiatique à l’action politique. La restauration des contrôles aux frontières nationales, l’arrêt de la politique européenne des quotas de migrants, l’expulsion des fichés S pour radicalisation islamiste, la fermeture des mosquées salafistes, la déchéance de nationalité pour les djihadistes bi-nationaux partis au Moyen-Orient, sont autant de mesures qui nous permettront d’en finir avec l’Islam radical.

Ports de plaisance d’Occitanie : contradictions à la présidence de la région – entre multiplications de projets pour la mer et manque de soutien évident

                                                           

                                                                     Communiqué de presse de France Jamet
                                             Présidente du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

Les ports du littoral méditerranéen sont un fleuron de l’économie locale. Or, ces ports souffrent de la concurrence des ports italiens et espagnols qui bénéficient d’une fiscalité et de réglementations sociales plus avantageuses. Une baisse d’activité qui se manifeste notamment par une perte de 20% du trafic pour les ports du Languedoc-Roussillon en 20 ans, et ce, malgré 500 millions d’euros de deniers publics investis en dix ans. Conséquence logique de la concurrence : les yachts quittent les ports du littoral méditerranéen pour d’autres pays.

La présidente de la région Occitanie, Carole Delga, s’illustre systématiquement par des coups de communication : parlement de la mer et plan littoral, respectivement lancés en 2013 et en 2016. En effet, la situation actuelle démontre bien la futilité de ces projets portés par Carole Delga. La région a besoin d’une action concrète facilitant les activités du littoral et cela doit passer par une action visant à baisser la fiscalité faisant fuir l’activité économique vers des pays concurrents plutôt que par des coups de communication et autres projets stériles.

Le Front National a maintes fois mis en exergue l’inefficacité de ces politiques régionales. Ces grands projets ne sont que des plans de communication amenant peu de résultats quand ceux-ci ne sont pas négatifs. Ils souffrent de problèmes d’élaboration et ratent donc leurs cibles tout en gaspillant l’argent du contribuable qui pourrait alors être mieux utilisé. Le Front National plaide notamment en faveur d’une baisse de la fiscalité pour que les ports de la région Occitanie soient attractifs face aux ports espagnols et italiens.

Baisse des prix des produits agricoles : un été aride pour les producteurs d’Occitanie

Communiqué de presse de France Jamet

Présidente du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

La période estivale s’avère compliquée pour les producteurs d’Occitanie : les filières fruitières, viticoles, avicoles, bovines, subissent une baisse préoccupante des prix du marché. Par exemple, le prix de l’abricot plonge d’un tiers, celui de la cerise diminue de 20%. Ces bas prix ne permettent pas aux agriculteurs de couvrir le coût de leur production.

Nos producteurs régionaux font face à une concurrence intra-européenne déloyale, notamment de la part d’Espagnols dont les denrées agricoles inondent notre région à des prix défiant toute concurrence. La libéralisation à outrance du marché européen  renforce la spéculation à l’origine de la volatilité des prix : nos agriculteurs se retrouvent assujettis aux intérêts de la grande distribution et des industriels.

Ce dumping alimentaire se fait également au détriment des consommateurs qui ne voient pas cette baisse répercutée sur leur facture et qui achètent des produits étrangers dont la qualité et la traçabilité ne sont pas comparables aux produits français.

La moitié des agriculteurs français touche moins de 360 euros par mois et le nombre de faillites d’exploitations croît constamment. Contrairement aux euro-gagas d’En Marche et aux Républicains, le Front National souhaite engager un bras de fer avec l’Union européenne pour garantir la pérennité des exploitations familiales et assurer aux agriculteurs des prix rémunérateurs : interdire l’importation de produits étrangers ne respectant pas les normes imposées aux producteurs français, réformer l’étiquetage pour assurer une véritable traçabilité, réguler les volumes produits, faciliter l’organisation des filières agricoles pour renforcer leur pouvoir de négociation face à la grande distribution.

Conseil régional d’Occitanie : les agents régionaux formés à la propagande !

Communiqué de presse de France Jamet

Présidente du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

C’est passé inaperçu. En plein été, ce mardi 18 juillet, les agents régionaux étaient conviés à une « réunion de sensibilisation et de réflexion » sur la « stratégie digitale » de la Région Occitanie.

 

Le spécialiste du numérique (et surtout militant anti-FN) Franck Confino animait cette réunion qui avait notamment pour objectif de donner aux agents régionaux « toutes les clefs pour s’impliquer » afin de devenir les  « premiers ambassadeurs de la Région » sur le net. « Vous avez tous un rôle à jouer ! » était d’ailleurs le slogan inscrit sur l’invitation.

 

Quel est le but d’une telle formation ? La réponse a été donnée, à demi-mot, par M. Confino lui-même pendant la réunion : face à la montée en puissance du Front National et de la « patriosphère » sur les réseaux sociaux, il devient indispensable de faire contrepoids.

 

Le Front National tient à le rappeler. Les agents régionaux sont des fonctionnaires territoriaux au service de la collectivité régionale et de l’ensemble de ses habitants. Ils ne peuvent en aucun cas être utilisés à des fins bassement politiciennes pour faire de la propagande et défendre la gestion désastreuse de Carole Delga.

 

Ce n’est pas parce que les militants socialistes sont de moins en moins nombreux qu’il faut aller recruter chez les agents régionaux !

Collectivités locales : en marche vers le dépôt de bilan

Communiqué de presse de France Jamet

Présidente du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

La conférence des territoires a donné lieu à un numéro de bonimenteur dans lequel excelle Emmanuel Macron : les collectivités devront économiser 13 milliards et bénéficieront en contrepartie d’un « droit d’expérimentation » en matière de délégation de compétences, de fusions, pour s’adapter aux réalités du territoire. Ou comment agiter la carotte pour mieux tendre le bâton de la rigueur.

 

En imposant cette austérité, le gouvernement attente au principe constitutionnel de libre administration des collectivités locales. En effet, la suppression de la taxe d’habitation prive les communes de leur autonomie fiscale pour mieux les rendre dépendantes des orientations de l’Etat tandis que le « droit à l’expérimentation » relève d’une manœuvre servant à amorcer la disparition des communes et des départements au profit des intercommunalités et des métropoles. Le projet de Bruxelles est en marche.

 

Après avoir réalisé 97% de leurs objectifs d’économies pendant que l’Etat en effectuait à peine la moitié de ce qu’il s’était fixé, les collectivités n’ont plus les marges de manœuvres suffisantes pour entretenir les routes, payer les crèches, maintenir les services publics. Toute baisse des dépenses publiques entrainant une aggravation des inégalités territoriales, de nombreux départements ruraux d’Occitanie, comptant parmi les plus pauvres de France, vont subir de plein fouet cette diète budgétaire. Nous tenons à apporter notre soutien aux élus locaux, pour la plupart bénévoles, qui doivent faire toujours plus avec toujours moins de moyens.

 

Le gouvernement, soumis au diktat européen et à la pensée unique, fait peser sur nos territoires ruraux et sur les classes moyennes silencieuses tout le poids de sa politique d’austérité et de matraquage fiscal pendant que la politique de la Ville et l’assistanat concentrent des milliards d’euros. Seul le Front National préconise des économies de bon sens passant notamment par la suppression de l’AME, la restriction du droit d’asile, la chasse à la fraude sociale et fiscale, la suppression d’exonérations sur les actions et la spéculation boursière qui avantagent les plus riches dans le cadre de l’ISF.

Militaire poignardé à Montpellier : le Front National exige des réponses !

Communiqué de presse de France Jamet

Présidente du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

Conseillère municipale et communautaire de Montpellier 3M

Membre du Bureau Politique du Front National

 

Depuis quelques semaines, une bande organisée d’Albanais sème le trouble et la terreur sur Montpellier. Il y a quelques jours, une quinzaine d’entre eux a attaqué deux militaires en civil repérés lors de leur patrouille. Ils ont poignardé l’un deux avant d’encercler et de menacer des policiers municipaux.

 

Alors que nous sommes en plein état d’urgence et que des militaires et policiers ont été directement visés, ces faits ne relèvent pas du droit commun et ne doivent en aucune façon rester impunis !

 

Ces individus, qui squattent actuellement l’ancien temple protestant de la rue Brueys, sont soutenus par les associations Gammes et Chorus, subventionnées entre autres par la Mairie, c’est-à-dire avec l’argent des contribuables et des éventuelles victimes à venir. On marche sur la tête.

 

Plus révoltant encore, le silence coupable des institutions et l’inertie du Préfet donnent à penser à ces malfrats et criminels qu’ils peuvent agir ainsi, chez nous en France, en toute impunité. C’est inacceptable.

 

Le Front National dénonce les effets pervers de cette immigration non désirée, qui n’est ni humanitaire ni économique. Des organisations criminelles étrangères sévissent ainsi de Liège à Montpellier avec le soutien de l’Union Européenne, de l’Etat français, des collectivités contributrices et des associations complices.

 

Alors que M. Macron prévoit des coupes sèches dans les budgets de la Défense, de l’Intérieur et de la Justice, le Front National est le seul à se soucier encore de la sécurité des Français.

 

C’est pourquoi, nous exigeons :

  • que la municipalité de Montpellier cesse de subventionner ces associations ;
  • que ces dernières prennent leurs responsabilités et remboursent l’argent versé ;
  • que des sanctions soient prises à l’égard des protagonistes et de leurs complices.