La droite au Conseil Régional : Un groupe de gauche comme les autres !

Communiqué de presse de Julien Sanchez,

Président du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

Au moment où la droite, tendance Laurent Wauquiez, tente de faire croire aux Français qu’elle a compris ses erreurs et qu’elle ne se laissera plus attirer par les chimères de la mondialisation à tout prix, le groupe UEDC (Union des Elus de la Droite et du Centre) au Conseil Régional d’Occitanie agit en sens inverse.

 

Lors de la Commission Permanente de ce vendredi 13 octobre, les élus du groupe FN RBM ont déposé plusieurs amendements de bon sens. Comme à leur habitude, les élus de la droite et du centre s’y sont opposés. Pourtant, ces propositions étaient tout à fait légitimes.

 

Parmi elles, notre proposition de doubler l’aide d’urgence (de 50 000 € à 100 000 €) destinée à nos compatriotes ultra-marins touchés par l’ouragan Irma afin de se rapprocher des montants versés par les autres régions. La droite s’y est opposée, tout comme Carole Delga et sa majorité, qui trouvent plus facilement de l’argent lorsqu’il s’agit de solidarité internationale (215 000 euros ce même jour).

 

Les élus FN RBM ont aussi proposé d’intégrer un paragraphe sur la relocalisation économique et la clause Molière dans le « Plan Régional en faveur des Pôles d’Echanges Multimodaux ferroviaires ». Il s’agissait notamment de conditionner l’attribution de subventions à l’engagement de privilégier l’emploi local et les circuits-courts, ainsi que le non-recours au travail détaché. La droite s’y est opposée.

 

Ce n’est pas la première fois que la droite régionale s’allie à la majorité socialiste de Mme Delga pour contrer les propositions de bon sens venant du groupe FN RBM. Les habitants de notre région ne peuvent pas compter sur cette opposition de façade qui passe son temps à approuver les décisions de la majorité.

 

Nos compatriotes sauront faire la différence entre la vraie alternative incarnée par le Front National et cette fausse nouvelle « droite forte » qui suit aveuglément la politique socialiste tout en fuyant le débat d’idées [1] !

 

[1] M. Wauquiez vient de refuser un débat face à Marine Le Pen sur France 2

 

Taxation des poids-lourds étrangers : Carole Delga va-t-elle enfin donner raison au Front National ?

Communiqué de presse de Julien Sanchez,

Président du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

Dans un article du 9 octobre, un média régional nous informe de ce que Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, souhaiterait instaurer une taxe sur le transport routier en transit européen, afin de financer la construction de la LGV. En clair, il s’agirait de faire payer les milliers de camions étrangers qui empruntent chaque jour les routes de notre région.

 

Si la nouvelle se confirmait, nous soutiendrions bien sûr ce projet, si et seulement s’il ne concernait que les poids-lourds étrangers qui traversent notre région. Nous refuserions, en revanche, tout projet de « nouvelle » écotaxe, qui frapperait aussi les transporteurs français. Ces derniers subissent en effet déjà une fiscalité très lourde, en plus de la concurrence déloyale venue de l’est de l’Europe.

 

En réalité, cette mesure de taxation des camions étrangers empruntant les routes de notre région, le Front National la propose depuis plusieurs années, et Marine Le Pen la défendait même lors de l’élection présidentielle. Voir Carole Delga rejoindre nos idées serait pour nous une satisfaction.

Ce serait même un heureux étonnement car au cours de l’Assemblée plénière du conseil régional du 26 mai 2016, nous avions proposé au Conseil Régional d’adopter cette mesure. A l’époque, Carole Delga et sa majorité avaient alors curieusement voté contre, au détriment de l’intérêt des habitants de notre région.

 

Malheureusement pour Carole Delga, instaurer une taxe dont seraient exempts les transporteurs français irait à l’encontre des règles de l’Union européenne : aura-t-elle dans ces conditions le courage d’aller jusqu’au bout malgré tout ?

Oui à la taxation des camions étrangers en transit, non à la taxation des transporteurs français !

Désenclavement du Grand Sud-Ouest par la LGV : Le Front National dit OUI !

Communiqué de presse de Julien Leonardelli
Conseiller régional d’Occitanie
Secrétaire départemental du Front National de Haute-Garonne

Dans le cadre des Assises nationales de la mobilité, la Région Occitanie organisait aujourd’hui une journée de mobilisation pour les transports collectifs et notamment, en faveur des lignes LGV de Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan, menacées d’abandon par les dernières déclarations du Président Macron.
Membre de la Commission Aménagement du territoire au Conseil régional d’Occitanie, j’y représentais le Groupe des élus régionaux du Front National pour réaffirmer notre soutien aux projets de liaisons LGV en question.

Si le Front National plaide effectivement pour un aménagement du territoire performant, qui permettrait enfin de désenclaver le Grand Sud-Ouest, il ne peut se réjouir qu’à moitié de la prise de conscience bien tardive de ceux qui, lorsqu’ils étaient aux responsabilités ont pourtant brillé par leur immobilisme politique en la matière.Qu’ont fait les Baylet, Gayssot et Delga lors de ces dernières années ? N’ont-ils pas aussi participé tout récemment à l’élection du Président Macron qui s’applique à déconstruire la France ?

Une chose est sûre, il n’est plus temps de pleurer sur le lait renversé. Ces lignes LGV de Bordeaux-Toulouse, Montpellier-Perpignan et même de Toulouse-Narbonne sont plus que jamais nécessaires à un maillage territorial optimal, qui faciliterait les déplacements, favoriserait l’emploi et la croissance de notre région dans une France durable.

Ce combat qui doit être un combat collectif de tous les habitants et élus d’Occitanie ne doit pas masquer que la principale compétence du conseil régional en matière de Transports reste celle des trains du quotidien.
De ce point de vue, Carole Delga a encore beaucoup de travail et elle ne pourra pas sur ce sujet accuser le Gouvernement.

Hausse du chômage en Occitanie : Quand Carole Delga travaille, ça se voit !

Communiqué de presse de Julien Sanchez, Président du Groupe FN-RBM au conseil régional d’Occitanie

Contrairement à ce que le gouvernement se plait à proclamer partout, le chômage en France ne diminue pas : c’est même le contraire.

Ainsi, au niveau national, et selon des chiffres officiels (pourtant souvent calculés avantageusement), il a augmenté de 2,5% sur un an, pour les catégories A, B et C.

Avec des résultats encore plus mauvais que le reste du pays, la Région Occitanie fait peine à voir : le nombre de chômeurs de ces catégories y a augmenté de 2,6% depuis août 2016, soit 14 720 chômeurs en plus, 14 720 situations personnelles difficiles.

De ces chiffres, nous tirons deux enseignements. D’abord, la loi El Khomri, toujours ardemment défendue par Emmanuel Macron, n’a eu que des effets désastreux, puisque le chômage ne cesse d’augmenter.

On ne crée pas des emplois en précarisant les salariés français, nous l’avons toujours dit.

Ensuite, nous constatons l’échec total du fameux « plan Marshall pour l’emploi », lancé en grande pompe par Carole Delga en mars 2016. 18 mois après, le chômage augmente plus vite en Occitanie que dans le reste de la France. Un échec.

En économie, comme dans tant d’autres domaines, Carole Delga devrait faire preuve d’un peu plus de modestie, écouter son opposition du Front National et sortir de l’hyper-communication qui la caractérise : l’Occitanie en a besoin !

Il est temps de protéger les entreprises et les emplois des Français, de les favoriser sur les marchés publics et de libérer l’innovation et les TPE-PME des contraintes juridiques et fiscales. Il est temps aussi de s’intéresser à l’ex Languedoc-Roussillon, véritablement oublié par la nouvelle Présidente qui n’y a toujours pas harmonisé plusieurs dispositifs et ne connaît pas cette ancienne région où elle refuse même d’aller dans certains endroits (parce qu’ils votent mal ?).

Tant de mesures que Carole Delga ne veut pas ou tarde à appliquer. On en voit aujourd’hui le résultat !

Fin des éditions locales de France 3 : En marche vers un « jacobinisme régionaliste » !

Communiqué de presse des élus du Groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

France 3, « la chaîne de télévision de proximité du service public », vient d’annoncer la suppression de ses décrochages locaux. En Occitanie, les éditions locales du Tarn, du Pays Catalan, du Pays Gardois et du Quercy-Rouergue vont ainsi disparaitre en 2018.

 

Outils essentiels de l’information de proximité, ces éditions locales sont un rendez-vous quotidien important pour de nombreux Français. Loin des prétextes budgétaires, leur suppression s’inscrit dans une volonté politique de régionalisation à outrance et de déracinement des populations.

 

Julien Sanchez, Président du groupe FN RBM, et les élus du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie désapprouvent cette décision, apportent leur soutien aux journalistes et salariés des éditions locales de France 3 et se joignent au Député Louis Aliot pour demander à la direction de France Télévisions de maintenir ces éditions locales.

 

Aides au Bio : face à l’abandon de l’Etat, la Région doit réagir !

 

Communiqué de presse de Jean-Guillaume Remise – Vice-Président du groupe FN RBM

et de Jean-Luc Yelma – Conseiller régional, membre de la Commission Agriculture

 

C’est un nouveau coup dur pour l’agriculture biologique. Après les plafonnements rétroactifs des aides régionales 2015 et 2016 mis en place par Carole Delga, voici que son collègue socialiste et actuel Ministre de l’Agriculture Stéphane Travert vient de décider de supprimer les aides de l’Etat au maintien de l’agriculture bio.

 

Alors que le secteur connaît une explosion de conversion (+10 % en 2016) et de consommation (+20 % en 2016), cette décision risque de mettre en danger une grande partie des agriculteurs ayant fait le choix du bio en leur faisant perdre, selon la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, jusqu’à 50 millions d’euros d’aides.

 

Cela s’inscrit malheureusement dans la longue tradition des politiques socialistes basées sur le changement constant des règles du jeu, l’absence de vision à long terme et la confiance aveugle dans la fameuse « main invisible » régulatrice des marchés financiers. Les agriculteurs ont besoin de stabilité, de visibilité et de protection !

 

Face à cette menace, qui prouve une nouvelle fois que les socialistes sont les ennemis de l’agriculture biologique, les élus du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie demandent à la Région de réagir pour compenser la participation de l’Etat et permettre le versement des aides Feader.